Comment savoir si vous êtes misophone ?

0
264
Comment savoir si vous êtes misophone ?

Un collègue qui clique à tout-va avec un stylo, un mangeur de pop-corn indélicat au cinéma, les reniflements répétés de votre conjoint, etc. Si ces bruits sont une véritable torture pour vous, il se peut que vous soyez atteint de la misophonie. Ce trouble neurologique se manifeste sous forme d’intolérance à certains sons quotidiens. D’autres malaises peuvent également se présenter. On vous dévoile plus d’informations permettant de savoir si vous êtes misophone.

Vérifier si vous ne supportez pas les bruits émis par votre entourage

Si votre esprit commence à se fixer sur certains bruits quotidiens produits par votre entourage et vous les entendez puissance mille jusqu’à vous causer des migraines, vous pourriez être atteint de la misophonie. Cela peut se présenter, pour la première fois, au cours de l’enfance ou à l’âge de l’adolescence.

Vos réactions peuvent être qualifiées par votre entourage d’exagérées. Vous serez même jugé de vouloir seulement attirer l’attention. Face à tout cela, vous essayez de vous comporter normalement, mais vous n’y arriverez pas. Au contraire, en entendant les bruits déclencheurs, vous vous mettez à pleurer de rage, vous transpirez ou tremblez. Si ces symptômes se manifestent, vous devez prendre au sérieux la situation.

Si vous sentez une perception avec intensité accrue des bruits déclencheurs

Au cas où vous entendriez avec intensité accrue certains sons répétitifs, il se peut que vous soyez misophone. Cette manifestation est le résultat d’une hyperactivité cérébrale. En fait, des chercheurs de l’université de Newcastle en Angleterre ont pu identifier une présence abondante de myéline dans le lobe frontal du cerveau des personnes atteintes de ce trouble.

La myéline est une matière qui sert de lien de connexios entre les neurones. Sa présence étant supérieure à la moyenne, les transmissions de massage sonore entre les neurones sont donc optimisées. Ce qui entraine la perception avec intensité accrue des bruits répétitifs. Cette étude est encore confirmée par des tests. Ces derniers ont permis de déterminer la présence d’une hyperactivité de la zone du cerveau dédiée à la concentration et à l’attention quand un misophone entend les sons déclencheurs.

Si vous voulez avoir plus d’assurance sur le sérieux de la situation dans laquelle vous vous trouvez, référez-vous aux informations publiées sur https://benfeel.com/fr/.

Développement de comportements de fuite ou de camouflage

 

A noter que les sons insupportables pour certains misophones peuvent ne pas l’être pour d’autres. Ils varient donc d’un patient à un autre. Il se peut, par exemple, que vous soyez trop sensible aux bruits d’objets ou aux bruits corporels. Autant de situations normales vous paraissent une source de torture, d’où l’adoption de deux réactions : soit la fuite ou le camouflage.

Si vous êtes habitué à la fuite, il se peut donc que vous ayez tendance à vous isoler. Cet éloignement vis-à-vis de la société peut s’étendre jusqu’à un sentiment de solitude profonde. D’autres malaises psychologiques vont surgir  comme le stress, l’angoisse, la fatigue mentale, voire physique, etc.

Concernant la deuxième attitude « camouflage », vous vous efforcez à vous adapter à la situation. Vous inventez donc spontanément des techniques pour ne pas entendre les bruits qui vous dérangent, en portant des bouchons d’oreilles ou en écoutant de la musique avec un écouteur. Si vous reconnaissez ce genre d’attitude chez vous face à certains bruits, sachez que vous êtes atteint de la haine du son.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here